top of page
Rechercher

Pourquoi les femmes sont-elles plus sujettes au burn-out ? Et comment s'en prémunir en 5 clefs.


Les femmes sont plus souvent victimes de burn-out que les hommes car elles cumulent plus de facteurs pouvant conduire à l’épuisement.

En effet, en plus des causes classiques du burn-out (charge de travail importante, déséquilibre vie pro/ vie perso, tensions émotionnelles, physiques ou mentales …) chez les femmes s’ajoutent en outre, une multiplicité d’autres causes, qui peuvent en outre se cumuler en eux.

Il en est ainsi notamment de:


·       La multiplicité des rôles :

Les femmes peuvent souvent avoir à jongler entre leur carrière et les responsabilités familiales ce qui entraine une charge de travail et une charge mentale double.

Prendre soin des enfants, des personnes âgées ou d'autres membres de la famille peut venir ajouter des pressions supplémentaires, surtout si les ressources de soutien sont limitées.

Ainsi entre la trentaine et la quarantaine, lorsque les enfants sont petits, les nuits non-récupératrices cumulées à un travail prenant est épuisant physiquement.

De surcroit, de nombreuses femmes s’auto diffusent le message clandestin « sois parfaite ».

Ainsi, elles vont chercher à être une mère parfaite, une employée parfaite, une épouse parfaite, une parfaite maitresse de maison…, excluant la possibilité d’un repos tant que tout n’est pas parfait !


Vers la cinquantaine, apparait, pour les femmes, en plus du suivi des études des enfants, la charge supplémentaire de parents vieillissants.

Elles arrivent en même temps, parfois au sommet de leur carrière et de leurs responsabilités professionnelles. Et peuvent également commencer à subir les symptômes du bouleversement hormonal de la peri-ménopause ce qui implique une grande fatigue physiologique voire psychologique.


·        Le manque de soutien :

Un manque de soutien au travail ou à la maison peut rendre plus difficile la gestion des multiples responsabilités, augmentant ainsi le risque de burn-out.

Même si les papas modernes s’impliquent de plus en plus, l’'égalité a encore des marges de progression à ce niveau.


·       La pression des autres :

Des pressions familiales de la part des (beaux-)parents, déjà à l’origine du message clandestin « sois parfaite », viennent parfois, faire des remarques désobligeantes ou donner des pseudos conseils qui rajoute du stress au stress.

Plus globalement, les attentes de la société envers les femmes en tant que gestionnaires de la maison, mères et professionnelles performantes peuvent créer une pression excessive.


·       La culpabilité :

Avec leur auto-sabotage, additionné à la pression familiale et à celle de la société, les femmes peuvent ressentir de la culpabilité lorsqu'elles prennent du temps pour elles-mêmes au détriment de leurs « obligations » familiales ou professionnelles.

Cela diminue d’autant leur temps de ressourcement et de récupération, ou la qualité de ces derniers.

Ainsi lorsqu’elles s’offrent un massage, et une fois sur la table, au lieu d’en profiter pleinement, elles vont mentalement dresser la liste des taches à faire à leur boulot et/ou de toutes les corvées qu’elles ont à faire en rentrant à la maison.


·       Les aléas hormonaux

Au cours la vie d’une femme, chaque mois, elle subit des aléas hormonaux, qui sont très fatigants, voire très douloureux pour certaines, ce qui induit un stress physique qui vient se surajouter au stress quotidien.

En outre, les grossesses, outre un frein à leur carrière, entrainent chez les femmes des bouleversements hormonaux et physiques très importants (soit une double peine)

Il en est de même de la période de peri-menopause, qui peut s’étaler sur plusieurs années.


·       La discrimination de genre et les disparités au travail :

Les femmes font plus souvent l’objet de discriminations au travail, comme le sexisme ou le plafond de verre, pouvant aller jusqu’à des phénomènes de harcèlement sexuels, cela constitue un ensemble d’agressions qui peut augmenter leur stress.

Par ailleurs, les écarts salariaux entre les genres peuvent entraîner un sentiment d'injustice et de frustration, engendrant une démotivation et une perte de sens, qui fait le lit du Burn out.

 

C’est pourquoi, en cette journées des femmes, j’aimerai donner quelques clefs à ces dernières, pour les aider à surmonter tous ces facteurs de stress


  • Première clef :  Foutez vous la paix ! La perfection n ‘existe pas

Il convient d’agir d’abord sur ce qui ne dépend que de soi, et de stopper ce message « sois parfaite » et le remplacer par « fait c’est mieux que parfait ». Réalisez que ce message n’est pas le vôtre, mais celui que vous a mis en tête des parents, ou la société.

Arrêtez aussi de vous sentir coupable, prendre du temps pour vous est plus que nécessaire, c’est vital.


  • Deuxième clef : Ecoutez votre corps

Il est important de savoir reconnaitre les signes que le corps nous envoie, et notamment les signes de fatigue.

Dans ce cas, il faut se reposer et récupérer, le reste attendra. Faire une sieste le week-end, se coucher plus tôt en semaine.

Mais il faut aussi savoir détecter les signes physiques du burn-out (maux de dos, migraines, douleurs digestives, problèmes cutanés, troubles du sommeil, alimentaires…)


  • Troisième clef : Fuyez les personnes toxiques

Que ce soit dans l’environnement professionnel, ou familial, rien n’est pire que les personnes toxiques Elles sont faciles à repérer, c’est celles qui vous pompent littéralement votre énergie, et quand elles partent vous ressentez une forme de soulagement.

Ainsi, les harceleurs, les personnes qui se plaignent continuellement, les négatifs, les personnes qui critiquent sans arrêt…, sont autant de toxiques à fuir, il ne sert à rien de les combattre, de tenter de les aider, ou d’argumenter, sauf à s’épuiser.


  • Quatrième clef : Sachez demander de l’aide

Que ce soit à la maison ou au travail, demander de l’aide quand on en a besoin est essentiel, il en est de même de savoir déléguer.

C’est en parlant de son besoin, plutôt qu’en se plaignant que cette demande a plus de chance d’aboutir positivement. Dire au Papa, « J’ai besoin que tu t’occupes du bébé pendant que je prends un bain » plutôt que « Tu ne m’aides pas avec le bébé, je n’ai même pas le temps de prendre un bain !», va être beaucoup plus assertif et productif.

Et le « fait c’est mieux que parfait », et aussi valable pour lui aussi, s’il n’a pas mis le pyjama exactement comme il fallait à votre retour !!


  • Cinquième clef : Profitez du moment présent

Sans doute la plus importante de toutes !

Le temps que l’on consacre à chaque domaine de sa vie, professionnel, familial, couple, amis, et à soi-même, doit être une énergie que l’on consacre uniquement à ce que l’on fait.

Si lorsqu’on est plus au travail, mais que l’on rumine à son sujet au milieu de la nuit au lieu de dormir, ou au diner, au lieu de se ressourcer en famille. Bref, on passe à côté de tout et on s’épuise, tout en pédalant dans la choucroute.

Alors, quand on prend du temps de récupération en dehors du travail, et notamment pour soi, il est impératif que ce temps soit mentalement et physiquement pleinement consacré à cela.

 

Il est important de noter que le burn-out est une combinaison complexe de facteurs personnels, professionnels et sociaux, et que chaque individu peut réagir différemment à ces pressions.

Cependant, le burn-out peut affecter tout individu, indépendamment du genre et ces 5 clefs peuvent être utiles à tout le monde.

 

 

 

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Arrêtez d’avoir peur …. DESIREZ !

Lorsqu’on a peur de quelque chose, l’énergie qui se dégage de la peur est négative, elle emprisonne et paralyse. En outre, le simple fait d’avoir peur de quelque chose va parfois l’attirer. Par exem

Comentarios


bottom of page